La Gazette du Congrès de la fédération du commerce (19 au 23 mars 2018)

 

 

Jour 5 : Enfin seuls !

Sur la tribune, les nouveaux et les partants se congratulent. Ils peuvent se féliciter de leur bilan. Le « Congrès » de Reims prend fin. Champagne ! (Coût de la journée : 130.000€)
 
Il est vrai qu’il faut se féliciter :
 
1- d’avoir perdu des adhérents au lieu d’en gagner.
 
2- d’avoir perdu 3,33 points sur le cycle électoral, toutes branches confondues, passant de 25,79% à 22,46%, ce qui fait passer notre avance sur la CFDT de 4 points en 2012 à… 0,78 points en 2017. 
 
3- d’avoir, pour ce brillant résultat, dépensé plus de 15 millions d’euros en 3 ans.
 
4- d’avoir pompé nos résolutions sur FO, la CFTC et des sites patronaux, parce qu’on n’est pas fichus de les écrire nous-mêmes. 
 
5- d’avoir donné les pleins pouvoirs à la fédération tout en dépouillant les syndicats de leurs droits.
 
6- d’avoir bétonné le congrès comme jamais, de la composition du bureau aux commissions, en passant par les intimidations, voire la violence verbale ou physique.
 
7- d’avoir allégrement violé les statuts fédéraux.
 
8- D’avoir balisé le terrain en vue de l’exclusion des syndicats qui s’opposent à la brutalité fédérale, en faisant « monter » des interventions « spontanées » de la salle. Perdre des syndicats, perdre des adhérents : est-ce si grave lorsqu’ils ne représentent que 18% des ressources de la fédération ? On a largement de quoi survivre (et sans les em… brouilles!) avec l’argent du paritarisme.
 
9- D’avoir donné, pendant 5 jours (ou plutôt 3 et demi étalés sur 5) une image belle et forte d’un congrès authentiquement démocratique, en phase avec les aspirations du salariat de nos secteurs.
 
On peut, en revanche, regretter que ceux qui s’opposent à ces dérives continuent de faire montre d’une détermination sans faille et que ce congrès les ait confortés dans l’idée que cela ne pouvait plus durer comme ça. 
 
On peut aussi s’inquiéter que ces pratiques aient été étalées au grand jour et que beaucoup de camarades sachent désormais à quoi s’en tenir. Mais bon, on se dit qu’en faisant chauffer le chéquier et les détachements, on devrait s’en tirer quand même. 
 
Coût de la semaine : 640.000€ - Parce qu’on les vaut bien ! 
 
A bientôt, on l’espère !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :