La Gazette du Congrès de la fédération du commerce (19 au 23 mars 2018)

Jour 1 : Béton armé

14h 30 : Ça commence fort, très fort.
 
On a pris du retard. Un délégué a voulu s’asseoir là où ça lui plaisait. Intervention énergique de la direction sortante. Le récalcitrant s’assoit sur le siège qui lui est assigné. L’ordre public est rétabli.
 
Un règlement intérieurde congrès ni amendable, ni négociable est découvert par les délégués à l’ouverture des travaux. Il prévoit un bureau de Congrès de 21 membres et des commissions de 11 membres. Le règlement est adopté à main levée, sans décompte des voix.
 
Petit détail : les membres du bureau du congrès sont tous choisis par la direction sortante et proposés en bloc.Des congressistes proposent d’ouvrir le bureau à des délégués de la salle : pas question, rétorque Brigitte Couderc, secrétaire fédérale sortante. Petit flottement. Le congrès a commencé avec retard à 14h30 et il est à peine 15h. Qu’à cela ne tienne : on fait une pause.
 
15h : pause
De retour après la pause, rien n’a changé : le bureau du congrès reste proposé en bloc, sans ouverture possible aux congressistes. Le bureau est élu à main levée, sans décompte des voix.
 
Puis viennent les commissions. Selon le règlement intérieur, adopté à la hussarde, elles sont composées de 11 membres dont 6… de la CE sortante !Et c’est vrai pour chacune d’entre elles.
 
Majorité garantie, donc. Et là, les noms s’affichent, choisis aussi par la CE sortante. Ils sont au nombre de 11 ! 
 
Non seulement la CE sortante s’est assuré une majorité mais, en plus, elle a choisi la totalité des 11 membres de chacune des commissions !Des délégués protestent. Vote à main levé, sans décompte : les commissions sont adoptées. 
 
16 h : fin des travaux.Coût de la journée : 130.000€

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :