La Gazette du Congrès de la fédération du commerce (19 au 23 mars 2018)

Jour 3 : la violence s’invite, 

la démocratie se fait porter pâle.

Ça a commencé dès le matin : notre camarade Jean-Paul Horville s’est fait bousculer dans le parking parce qu’il s’étonnait que l’on veuille lui faire ouvrir deux fois son sac ! Ça s’est poursuivi avec notre camarade Benoît Dagbert, hué puis menacé à la suite de son intervention au micro. 
 
Normal : il a osé mettre en doute l’implication de la fédération dans la lutte contre la répression. Des votes à 98%, cela ne suffit pas à la direction fédérale : alors on blinde les commissions, on tente d’intimider les camarades et on bouleverse l’ordre du jour. Le congrès de la fédération du commerce est, décidément, un grand moment de débat démocratique.
 
La CFTC, FO et les patrons s’invitent dans les débats du congrès.
 
Peu d’entre nous le savent : aujourd’hui, les délégués ont été amenés à se prononcer sur des résolutions largement pompées sur la CFTC, sur FO, ou, cerise sur le gâteau, sur un site… patronal !
 
Des pans entiers sont en effet de simples copier-coller dont il est facile de retrouver l’origine en effectuant une recherche sur Google.
 
Incroyable ? Voici quelques exemples : les paragraphes 1-73 et 1-74sont tirés de : « L’impact du numérique sur le travail » de Pascal Pavageau (successeur probable de Jean-Claude Mailly à la tête de FO), http://www.force-ouvriere.fr/l-impact-du-numerique-sur-le-travail. 
 
Les 1-92 et 1-93sont tirés de : « L’informatisation des services à la personne » de Charles Stoessel, Arguments (bureau d’études de la CFTC) Avril 2017 https://www.cftc.fr/wp-content/uploads/2017/07/DPDebat-VF2.pdf et https://www.cftc.fr/wp-content/uploads/2017/05/InvitationDebatFEPEM_CFTC.pdf.
 
Ce sont des pages entières et des dizaines d’autres articles qui sont ainsi plagiés sans vergogne, tout le long de la résolution n°1 et jusqu’à la conclusion du document ! 
 
Avec la fédération du commerce c’est le syndicalisme rassemblé, en mieux ! Nous, on se rassemble avec la CFTC, FO… et les patrons. Et nous sommes des révolutionnaires intransigeants.
 
Structuration : la fédération ressuscite le catalogue la Redoute
 
Le document d’orientation « préconise » les modes de structuration suivants : syndicat d’établissement, syndicat de site, syndicat du commerce et services d’une UL, syndicat de branche de l’UL, syndicat du commerce et des services de l’UD, syndicat d’enseigne départemental, syndicat de branche de l’UD, syndicat de régions… Choisir de ne pas choisir, tel est le choix de la fédé. 
 
C’est vrai qu’on est super bien structurés (70% d’individuels). Alors, pourquoi ne pas continuer ?
 
Résolution 2 : « le congrès décide de mener une campagne nationale de syndicalisation permanente avec l’objectif du 1+1 ». 
 
Heureusement. Parce que la direction fédérale a déjà mis en œuvre cette résolution… en décembre 2017. C’était bien la peine de faire voter le congrès !
Jour 3 : la violence s’invite au congrès !Jour 3 : la violence s’invite au congrès !
Quant au contenu… il est affligeant, comme pour le reste. Il ne tire, bien sûr, aucun bilan de l’échec complet de la fédération :au Congrès de Vichy en novembre 2014, elle affichait un objectif de 70.000 adhérents fin 2017. Nous stagnons, péniblement, à 42.000. 
 
Mais les rédacteurs font mine de croire qu’il suffit de constater que 1+1=2 pour que nous doublions notre nombre de syndiqués. C’est tellement simple : pourquoi ne l’avoir pas dit plus tôt ?
Le comble de la honte, c’est quand même une campagne de pub (!) fièrement annoncée par le journal Echange (décembre 2017) avec « plus de 3000 panneaux de 12 mètres, plus de 6000 panneaux de 8 mètres, près de 10.000 faces de 60X80 et ce, dans toute la France ». De la pub, pour syndiquer les salariés… comme la CFTC.Décidément, c’est une manie !
 
L’affaire Facebook
 
Et soudain, des dirigeants fédéraux prennent conscience que de nombreux camarades filment le congrès et le diffusent sur facebook ! Ben oui. 
 
Et depuis le premier jour. Et ils sont nombreux ! Et tous ne sont pas des « opposants » patentés. Argument choc : vous mettez en danger les camarades ! Ah bon ? Le congrès confédéral n’est-il pas diffusé en direct sur internet ? Qu’y a-t-il de si secret ? 
 
Ce moment de débat démocratique n’est-il pas assez exemplaire pour que des millions d’internautes en tirent profit ?Vraiment, nous ne comprenons pas. 
 
International : Surprise du chef ! Amar Lagha annonce une motion pour l’adhésion de la fédération à la FSM.
 
Subrepticement, sans aucun débat préalable, sans aucune mention dans les textes de congrès (hormis l’amendement d’un syndicat Aldi, même pas débattu), Amar Lagha propose de soumettre au congrès « une motion pour donner mandat à la direction fédérale pour faire adhérer la fédération à la FSM ». 
 
On n’ose pas imaginer qu’il instrumentalise ainsi et le congrès et la FSM, pour donner de la consistance à son image (fragile, il est vrai) de révolutionnaire intransigeant. Ce n’est pas son genre.
 
Fin des travaux.Coût de la journée : 130.000€

Info FSM : https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9d%C3%A9ration_syndicale_mondiale

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :