La Gazette du Congrès de la fédération du commerce (19 au 23 mars 2018)

 

Jour 4 : intimidation le matin, violence l’après-midi, soirée fraternelle 
Un niveau supplémentaire de violence a été franchi au 4ème jour du congrès. A l’intimidation de tous les instants a succédé la violence physique qui a contraint un délégué à quitter la salle. D’autres sont aussi précipitamment sortis, craignant d’être agressés à leur tour. Ces actes sont indignes d’un congrès de la CGT, à l’image d’une direction qui pense régner par l’intimidation. 
 
Réforme des statuts : la naissance d’un objet syndical non identifié (OSNI).
 
Jusqu’à ce jour, il était communément admis qu’une fédération syndicale était une union de syndicats de la même profession. Il était également admis que la structure de base de la CGT était le syndicat, confédéré certes, mais dont l’autonomie était consacrée. Enfin, le congrès était considéré comme l’instance souveraine, l’ultime détenteur du pouvoir de décider.
 
En faisant adopter son projet de modification des statuts, la direction fédérale a mis fin à tout cela.
 
Elle s’arroge désormais un droit de vie et de mort sur les syndicats (procédures d’affiliation et de désaffiliation). Les directions sortantes pourront composer les délégations aux futurs congrès à leur guise (détermination du nombre de délégués, financement des mandats à la tête du client et par voie de conséquence, choix des délégués). 
 
Surtout, la fédération devient un super syndicat d’individuels, qui seront représentés en tant que tels au congrès par des délégués spécifiques. Ces individuels, de l’aveu même de Charles Dassonville, représentent 75% des syndiqués ! Dans cet OSNI, les syndicats pèseront 25%
 
De cette manière, les directions sortantes se garantissent un pouvoir perpétuel. 
Science-fiction ? Propos aigris ? Dénigrement systématique ? Regardons honnêtement ce qui s’est produit dans ce congrès : c’est l’application anticipée des statuts qui ont été mis au vote aujourd’hui.
 
Quant aux conceptions démocratiques de ceux qui les mettront en œuvre, tout le monde a pu en juger sur pièces : bureau du congrès et commissions bétonnées, non-respect des paroles contradictoires, intimidation, violence et suffisance.
 
Sinon, la CE a été élue et elle a élu Amar Lagha comme secrétaire général.
 
Coût de la journée : 130.000€

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :